// Fonction executée lors de l'utilisation du clic droit. $(document).bind("contextmenu",function() { // Si vous voulez ajouter un message d'alerte alert('Merci de respecter le travail du webmaster en ne copiant pas le contenu sans autorisation'); // On indique au navigateur de ne pas réagir en cas de clic droit. return false; });

LANGAGES DES SIGNES : LES BASES

 

CHANSONS PETIT ESCARGOT EN LANGAGE DES SIGNES

 

Onlʼappelleaussi«communicationgestuelle»,«bébéssigneurs»etc…maisleprincipeesttoujourslemême: communiquer avec bébé avant quʼil puisse parler ! Lʼenfant doit mobiliser 72 muscles pour accéder à la parole... mais ses petites mains sont déjà très mobiles !

 

    Le constat

Dès 7 mois, les enfants font naturellement des signes : ils agitent par exemple la main pour dire «au revoir !». Pour reproduire ce signe, lʼenfant a vu lʼadulte le faire et a mis en rapport la situation (un départ), le son (« au revoir ! ») et le signe (agiter la main). Quand il verra son papa ou sa maman partir le matin, il agitera la main pour  dire,  à  son  tour,  «  au revoir ! ».

Lʼobjectif

Lʼenfant est un individu à part entière et les signes vont lui permettre de communiquer sur son quotidien : ses besoins, ses envies et ses émotions. Les signes sont ceux de la vie de tous les jours : des mots de vocabulaire simple, sans syntaxe ni grammaire.

Le principe

Illustrer les mots clés que lʼon prononce par le signe qui lui correspond. Les signes utilisés sont des signes de la Langue des Signes Française (LSF). Cette langue est très imagée et nous en maîtrisons tous quelques mots.

Il nʼy a pas de risque de retard de langage. Faire des signes est quelque chose de naturel, de plus le signe est toujours fait en même temps que lʼon parle. Faire des signes avec son enfant est, au contraire, un support à lʼacquisition du langage comme le « 4 pattes » lʼest à la marche !

 

Lʼintérêt pour lʼenfant

Il partage son monde et peut communiquer sur ce quʼil vit : ses besoins/envies/émotions. Ayant un moyen de se faire comprendre, il a moins recours aux pleurs et aux colères. Comme lʼadulte a une réponse plus rapide et plus adaptée au signe fait par lʼenfant, son estime de soi grandit et sa confiance en lui est renforcée. Entre lʼadulte et lʼenfant se crée un lien enrichi par une très grande complicité.

Conseils de mise en route

Lʼadulte initie le travail car cʼest lui qui doit penser à associer le mot et le signe de façon systématique. Au début, le mieux est de se fixer 4-5 signes récurrents de la journée : «jouer», «téter», «changer la couche», «doudou»,

«bain», «dodo»... Une fois que lʼassociation se fait spontanément sans réfléchir, dʼautres signes peuvent être introduits.

La règle dʼor

Persévérance et régularité ! Ne pas oublier que chaque enfant est différent, comme certains marchent à 12, 15, ou 18 mois, certains enfants signent à 7,10 ou 15 mois

!

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 19/11/2014

×